Home / Décryptage / Le virologue Geert Vanden Bossche alerte sur la façon dont la vaccination transforme les vaccinés en cibles privilégiées pour les variants

Le virologue Geert Vanden Bossche alerte sur la façon dont la vaccination transforme les vaccinés en cibles privilégiées pour les variants

Captain Harlock
Démocratie Participative
14 juillet 2021

Cet entretien du 3 juillet avec le professeur belge Geert Vanden Bossche devrait absolument être traduit en français. Si vous avez du temps, les compétences techniques et que vous ne croyez pas à l’imposture sanitaire actuelle, vous devriez la traduire puis la diffuser auprès du plus large public francophone possible.

Bossche n’est pas simplement un médecin avec un avis, c’est un docteur en virologie reconnu internationalement qui a même travaillé pour la Fondation Bill Gates.

Vanden Bossche explique que la vaccination de masse avec le type de vaccins utilisés en ce moment même ne peut qu’entraîner l’apparition de variants extrêmement dangereux qui reviendront frapper les vaccinés devenus de véritables pépinières à variants.

Sur son site, il a produit une lettre synthétique à destination de l’OMS qui résume ce qui est en train de se passer dans l’organisme de centaines de millions de cobayes :

A un moment donné, dans un futur probablement très proche, il va devenir plus rentable (en terme de « retour sur investissement ») pour le virus de simplement ajouter quelques mutations supplémentaires (peut-être juste une ou deux) à la protéine Spike des variants viraux (déjà dotés de plusieurs mutations améliorant l’infectiosité) pour tenter de renforcer encore sa liaison au récepteur (ACE-2) exprimé à la surface des cellules épithéliales permissives.

Cela permettra au nouveau variant de rivaliser avec les anticorps vaccinaux pour la liaison au récepteur ACE. Cela signifie qu’à ce stade, il suffirait de très peu de mutations ciblées supplémentaires dans le domaine de liaison au récepteur viral pour résister totalement aux anticorps S-spécifiques anti-Covid-19, que ces dernières soient déclenchées par le virus ou ou par l’infection naturelle.

A ce stade, le virus aura, en effet, réussi à accéder à un énorme réservoir de sujets qui sont maintenant devenus très sensibles à la maladie, car leurs anticorps spécifiques sont devenus inutiles en termes de protection, mais maintiendront une suppression durable de leur immunité innée (c’est-à-dire que l’infection naturelle, et surtout la vaccination,  provoque l’apparition d’anticorps spécifiques à durée de vie relativement longue).

Le réservoir exposé comprend à la fois les personnes vaccinées et celles qui ont reçu une quantité suffisante d’anticorps spécifiques en raison d’une maladie antérieure du Covid-19). Donc, MISSION ACCOMPLIE pour le Covid-19 mais une SITUATION DÉSASTREUSE pour tous les sujets vaccinés et les personnes séropositives pour le Covid-19, car ils ont perdu leurs défenses immunitaires acquises et innées contre le Covid-19 (alors que des souches hautement infectées circulent !). C’est « un petit pas pour le virus, une grande catastrophe pour l’humanité », ce qui veut dire que nous aurons propulsé le virus dans la partie la plus jeune de la population à un niveau tel que le Covid-19 n’aura plus besoin de beaucoup d’efforts pour se transformer en un virus hautement infectieux qui ignore complètement la partie innée de notre système immunitaire ainsi que la partie adaptée/acquise (que les anticorps acquis résulte d’une vaccination ou d’une infection naturelle précédente).

L’effort pour le virus devient à présent encore plus négligeable étant donné que de nombreux vaccinés sont maintenant exposés à des variants viraux hautement infectieux alors qu’ils n’ont reçu qu’une seule injection du vaccin. Ils sont donc dotés d’anticorps qui n’ont pas encore acquis la fonctionnalité optimale. Inutile d’expliquer que cela va renforcer la capacité du virus à échapper à la réponse immunitaire. En gros, nous serons très bientôt confrontés à un virus super-infectueux qui résiste complètement à notre mécanisme de défense le plus précieux : le système immunitaire humain.

De tout ce qui précède, il devient de plus en plus difficile d’imaginer comment les conséquences de l’intervention humaine étendue et erronée durant cette pandémie ne vont pas anéantir une grande partie de la population humaine. On aurait pu concevoir que très peu d’autres stratégies pour atteindre le même niveau d’efficacité dans la transformation d’un virus relativement inoffensif en une arme biologique de destruction massive.

Ce dont parle Geert Vanden Bossche, c’est de la pression globale exercée par le vaccin sur le virus, laquelle le pousse à muter pour continuer de se répandre. Plus le virus retrouve le même mécanisme qui le bloque, plus il mute pour répondre spécifiquement à cet obstacle. En l’occurrence, déjouer le verrouillage par le ciblage vaccinal de la protéine Spike.

Compte tenu de la masse de gens vaccinés à l’échelle globale, le virus va naturellement muter pour y faire face. Comme le ciblage est concentré sur un seul paramètre (la protéine Spike), le virus peut le contourner facilement en intervenant seulement sur ce paramètre. C’est ainsi que les non-vaccinés deviennent bien moins susceptibles de contracter les nouveaux variants que les vaccinés car le virus n’a plus qu’à agir sur un seul levier (la protéine Spike) pour se répandre, faisant de facto des vaccinés les hôtes les plus faciles à contaminer pour le virus qui suit la logique du moindre effort pour se répliquer.

Le vaccin agit comme un marqueur laser pour une frappe au sol. Si vous le prenez, vous pointez le laser sur votre tête. Le missile a la forme d’un variant du Covid19 spécifiquement sélectionné pour vous repérer et vous atteindre.

La vaccination telle qu’actuellement mise en œuvre agit comme un accélérateur de mutation et fait des vaccinés des proies faciles pour les nouveaux variants qu’ils ont eux-mêmes généré.

Je sais qu’il y a beaucoup de stress en raison du passeport sanitaire, mais nous sommes au beau milieu de ce qui peut, au mieux, être qualifié d’expérimentation biologique inédite dans l’histoire. Les chances pour qu’elle se transforme en catastrophe sont significatives.

Ce que dit Geert Vanden Bossche est suffisamment cohérent – en plus de tout le reste – pour passer son tour.

Personnellement, je dis à tous ceux qui doutent d’adopter un moratoire personnel sur la vaccination d’ici à 2024, c’est-à-dire sur les deux prochaines années. C’est à votre portée. Vous acceptez des contraintes pendant deux années et vous attendez de voir comment évolue cette expérimentation.

Ou alors, vous faites confiance au juif Bourla.

Dès le départ, il fallait laisser le virus suivre son chemin naturel, sans intervention d’aucune sorte.

Mais les élites globalistes ont un autre projet depuis le début.

Commentez l’article sur EELB.su