Home / France / Le gouvernement bioterroriste officialise la « 4ème vague » contre l’opposition à la dictature sanitaire

Le gouvernement bioterroriste officialise la « 4ème vague » contre l’opposition à la dictature sanitaire

Captain Harlock
Démocratie Participative
20 juillet 2021

 

Avec le succès des manifestations de ce weekend, la riposte du système a été officiellement décidée : quatrième vague.

Le rouleau compresseur est lancé à pleine vitesse contre la rébellion.

L’homosexuel juif Gabriel Attal a donné le ton.

Suivi de Véran.

Le passeport sanitaire a bien évidemment été validé par le Conseil d’Etat, une chambre d’enregistrement du régime.

Le système peut difficilement reculer maintenant. S’il ne parvient pas à vacciner l’écrasante majorité de la population d’ici l’automne, sa stratégie d’empoisonnement irréversible en vue du contrôle total de la société s’effondrera.

C’est pour cette raison que la vaccination obligatoire est la seule option qui lui reste.

Je reste sur mon estimation initiale : il faudrait environ 10 millions de personnes qui refusent de se faire vacciner pour constituer un bloc de résistance suffisamment solide. Ensuite, la mécanique virale fera le reste en exposant les vaccinés aux variants qu’ils génèrent sous l’effet de la vaccination.

Contrairement à l’époque des Gilets Jaunes, l’extrême-gauche a totalement validé le discours sanitaire de l’oligarchie, principalement parce que des types de 50 kilos homosexuels ont peur de mourir. Ils n’ont aucune intention de lutter contre.

La nervosité croissante des juifs renforce l’unification du système face à la rébellion, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche.

Cependant, il faut comprendre que déjà 60% de la population est irréversiblement zombifiée, biologiquement altérée et indéfiniment dépendante de l’oligarchie pour sa survie – ce que ces gens n’ont pas encore compris. Le plan a donc réussi en partie même si pour véritablement fonctionner il doit parachever un contrôle total de la population.

De ce point de vue, nous sommes entrés dans une nouvelle réalité. Nous ne sortirons pas indemnes de cette dystopie.

Commentez l’article sur EELB.su